Ethnie et langue au Québec : quand compter est une question de survie

Victor Piché, à paraître dans Simon, Patrick, Piché, Victor & Gagnon, Amélie (eds), Accounting for Ethnic and Racial Diversity : the Challenge of Enumeration, IMISCOE-Amsterdam University Press.
17 juin 2010

Depuis quelques temps, les catégories statistiques issues des appareils officiels de production de données sont analysées en lien avec les contextes idéologiques et historiques qui les sous-tendent. Le cas du Québec, à travers l’histoire des rapports ethniques et linguistiques dans le contexte canadien, illustre bien le rôle politique et idéologique des statistiques ethniques et linguistiques dans les rapports de pouvoir et dans les stratégies de survie, en particulier du groupe minoritaire français. Le cas Canada/Québec est également intéressant en ce qu’il montre qu’à l’intérieur d’un même pays, l’utilisation de ces statistiques peut varier selon les groupes. Si, dans le contexte du multiculturalisme canadien, les catégories ethniques de recensements sont actuellement justifiées sur la base des programmes antidiscriminatoires, elles servent aussi pour le groupe francophone du Québec à suivre l’évolution du l’utilisation du français, suivi statistique dont les interprétations diffèrent certes mais qui demeure hautement dépendant de la disponibilité des données de recensements.

Ethnie et langue au Québec – quand compter est une question de survie

Share this: